ActualitésPeople

Pourquoi Ibou Touré a été cueilli par la Dic et envoyé à Rebeuss

Nous sommes en 2016. L’entrepreneur Pape Dièye achète une voiture à 26 millions auprès du commerçant Pape Niang. Après avoir longtemps attendu pour obtenir les pièces du véhicule, il saisit la justice. Surtout que lors du dédouanement du véhicule, le courtier, Baye Fall, avait délivré au transitaire un certificat de perte qui s’est avéré faux. Cueilli par la Division des investigations criminelles (Dic), le commerçant révèle que c’est Wally Seck qui lui avait vendu la voiture. Laquelle était une propriété du footballeur, Ibrahima Touré, qui l’a acheté auprès d’un immigré du nom de Lamarana Diallo.

La Division des investigations criminelles, après avoir bouclé son enquête préliminaire, avait transmis le dossier au procureur de la République. Et Serigne Bassirou Guèye avait demandé au juge du 2e cabinet, Yakham Lèye, d’ouvrir une information judiciaire sur cette affaire.

Le commerçant Pape Niang et le courtier Baye Fall avaient été inculpés et placés sous mandat de dépôt. Wally Seck s’en était tiré avec un contrôle judiciaire. Et un mandat d’arrêt international avait été lancé contre lbou Touré, ancien membre de l’équipe nationale de football.

Ce mercredi 17 janvier 2019, la Division des investigations criminelles (Dic) a exécuté le mandat d’arrêt. Ibou Touré, selon des sources de Igfm, a été arrêté chez lui avant d’être conduit directement à la prison de Rebeuss, comme le prévoit le Code de procédure pénale Sénégalais. Ibou Touré a passé sa première nuit à a citadelle du silence et a été extrait ce jeudi pour être présenté au magistrat instructeur. Il peut, au sortir du cabinet du juge, recouvrer la liberté, ou voir le mandat d’arrêt transformé en mandat de dépôt. Dans ce cas, il retournera en prison pour un bout de temps.

Au fait, c’est quoi un mandat d’arrêt ?

Un mandat d’arrêt est un ordre donné, par un juge d’instruction, un Procureur ou un magistrat du siège (les magistrats du siège sont ceux qui jugent dans les cours et tribunaux), à la force publique (police, gendarmerie…), de rechercher, appréhender et conduire en prison une personne visée.

Le juge d’instruction ou le Procureur peuvent décerner un mandat d’arrêt à l’égard des personnes sur qui pèsent des indices graves et concordants tendant à faire croire qu’elles aient participé à la commission d’une infraction. L’officier de police judiciaire (commissaire ou commandant de brigade) qui aura appréhendé la personne objet d’un mandat d’arrêt doit l’amener en prison, à charge pour les agents de l’administration pénitentiaire de le conduire auprès de l’autorité judiciaire ayant décerné le mandat.

Un magistrat du siège, qui prononce une peine contre un prévenu (ou un accusé), jugé par défaut (ou par contumace), peut également décerner un mandat d’arrêt à l’encontre de ce dernier, après l’avoir condamné. Dans ce cas, si le condamné est arrêté, il est automatiquement conduit à la maison d’arrêt et de correction et commence à y purger sa peine. Il aura, toutefois, la possibilité d’être jugé à nouveau s’il interjette appel dans les délais requis.

Daouda MINE

IGFM

Dans le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *